Du bon usage du médicament, lutter contre la iatrogénie.

Formation

Tarif :
INTER : à partir de 665,00 € Net
INTRA : Nous consulter
Durée : 7 heures
Groupe : De 5 à 47 personnes

La formation en détail

La lutte contre la iatrogénie médicamenteuse est une priorité affichée depuis la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique.et élargit à la notion de « bon usage du médicament » et s’impose comme un thème majeur à travers la Stratégie Nationale de Santé (2018-2022) qui constitue le cadre politique de la Santé en France et qui affirme : « Promouvoir le bon usage des produits de santé en établissements et en ville, et notamment lutter contre la polymédication et la iatrogénie, notamment chez la personne âgée » Le bon usage des médicaments représente un enjeu de santé publique majeur. Les accidents liés à un mauvais usage du médicament occasionnent chaque année plus de 10 000 décès, dont 7 500 chez les plus de 65 ans. Ils sont la cause de plus de 130 000 hospitalisations et près de 1,3 millions de journées d’hospitalisations. Alors que dans 45 à 70 % des cas ces accidents seraient évitables Parmi les multiples causes identifiées dans la survenue de la iatrogénie médicamenteuse apparaissent : ? La multiplication des intervenants : généralistes et spécialistes ? Les prescriptions non appropriées : prescriptions excessives ou insuffisance de traitement. Une nécessaire coordination des intervenants dans la prescription médicamenteuse, et une appropriation des outils d’aide à la prescription sont des moyens à mettre en œuvre pour réduire cette iatrogénie. Une identification des ressources documentaires (recommandations), une appropriation des principes de base des logiciels d’aide à la prescription et une identification des populations à risque (personne âgée, femme enceinte ou en âge de procréer, enfant..) sont les éléments de base de cette action de DPC.

Objectifs

Objectifs
Généraux
1. appréhender l’impact médical et économique du mauvais usage du médicament
2. Adapter sa prescription en fonction du terrain (personne âgée, femme enceinte ou en âge de procréer, enfant.)
3. S’approprier les outils existants qui permettent un bon usage du médicament, le repérage des situations à risque, l’alerte et la révision des pratiques (grilles d’analyse des pratiques, logiciels d’aide à la prescription et à la dispensation, bilans partagés de médications, ROSP…)
Pédagogiques
1. Identifier les recommandations de bonnes pratiques de prescription médicamenteuses, notamment chez la personne âgée (HAS, ANSM)
2. Identifier les risques et facteurs de risque de iatrogénèse médicamenteuse notamment chez la personne âgée
3. Reconnaître les risques d’effets indésirables des principales classes thérapeutiques
4. Décrire et utiliser  les outils existants qui permettent un bon usage du médicament, le repérage des situations à risque, l’alerte et la révision des pratiques (grilles d’analyse des pratiques, logiciels d’aide à la prescription et à la dispensation, bilans partagés de médications, ROSP…)
5. Appréhender le cadre réglementaire et les obligations de la pharmacovigilance

Méthode d'évaluation

Audit pré et post formation : 1 heure.

Prochaines sessions

Aucune session disponible.